ja_mageia_new

  • Narrow screen resolution
  • Wide screen resolution
  • Decrease font size
  • Default font size
  • Increase font size
Home
L’OBR sensibilise les contribuables de Makamba à la conformité fiscale

« Trente ( 30) contribuables ont payé les impôts dans toute la province de Makamba au mois de septembre 2016, indiquent les rapports de l’OBR. Cette situation alarmante justifie entre autre la multiplication des séances de sensibilisation des contribuables ».

Cette déclaration a été faite par le représentant de l’OBR au cours d’un atelier de sensibilisation des contribuables en province Makamba, dans le cadre de la préparation de la Journée dédiée au Contribuable qui sera célébrée avant la fin de l’année en cours.

Atelier Ngozi

La province Makamba étant frontalière avec la Tanzanie, il est facile pour les commerçants de Makamba de cultiver des champs en Tanzanie et de s’y approvisionner en marchandises diverses. Depuis le début de la sensibilisation par l’OBR, la plupart des commerçants ne comprennent pas qu’acheter au-delà de la frontière appelle l’application de la loi douanière. Voilà pourquoi un des thèmes présentés se focalisait sur le rôle du certificat d’origine, document essentiel pour bénéficier de l’exonération des droits de douane en cas d’importation des marchandises d’origine de l’un des pays membres de la Communauté est-africaine.

Concernant le certificat d’origine, les présentateurs ont montré à quoi il ressemble, son importance et la manière de l’acquérir. Ces informations étaient ignorées par la majorité des participants. Et pourtant, beaucoup d’entre eux importent leurs marchandises de la Tanzanie voisine : « Nous avons longtemps travaillé dans des conditions difficiles en payant des droits de douane que nous pouvions éviter moyennant un certificat d’origine. Nous vous remercions pour cet atelier », a affirmé un participant lors des échanges.

Des contribuables ont posé des questions sur les aspects de procédures : difficultés pour prouver l’origine des produits champêtres récoltés aux environs de la frontière entre le Burundi et la Tanzanie ; l’obligation d’acheminer le sel importé jusqu’au bureau de douane basé à Mabanda en vue de le faire passer sous contrôle des services du BBN ; etc.

Le thème qui a attiré beaucoup d’attention est celui axé sur la conformité fiscale. Lors du mot d’ouverture, le représentant de l’OBR dans cet atelier, Monsieur Fiacre MUHIMPUNDU, avait donné des chiffres tangibles des contribuables conformes selon le type d’impôts : TVA, Impôt sur le Revenu payé au 31/3/2016, le Forfait et l’Impôt sur le Revenu d’Emploi. Le nombre insignifiant des contribuables ayant déclaré et payé l’impôt dû en septembre 2016 et les recettes collectées ont laissé bouche bée le représentant du gouverneur et des participants : 10 contribuables pour la TVA avec 635.745 fbu collectée, 11 contribuables pour l’IR avec 5.929.665 fbu collectée et 9 contribuables pour l’IRE avec 440.338 fbu collectée pour toute la province de Makamba.
Après avoir entendu ces chiffres, le Conseiller du Gouverneur chargé des questions économiques a lancé un appel aux contribuables de Makamba de se ressaisir et de se conformer à la loi.

« Nous appelons chacun à travailler dans la lumière des lois fiscales et douanières pour le développement de la nation, et à l’OBR de tout mettre en œuvre pour continuer la sensibilisation et la décentralisation de ses services, a déclaré, Monsieur Gérard Hazimana. Le Conseiller du gouverneur en a profité pour saluer les bonnes relations de collaboration entre les agents de l’OBR et l’administration, promettant plus d’ardeur dans l’appui à la sensibilisation et la lutte contre la fraude encore récurrente dans la province.

Des questions sur les défis liés au civisme fiscal ont été posées. . Elles concernaient notamment des commerçants détaillants qui pensent à tort qu’ils ne sont pas concernés par l’impôt. « Nous nous approvisionnons chez un commerçant grossiste qui est en ordre avec le fisc », expliquaient-ils. D’autres contribuables estiment que s’approvisionner à partir de l’autre côté de la frontière « à quelques mètres » ne devrait pas être perçu comme une importation sujette à la règlementation douanière, etc.

Plus de 200 personnes ont participé à cet atelier d’échange.